• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La passion de mon frère Charles

La passion de mon frère Charles - Frank Roberts

Mon frère Charles est pilote de ligne. C’est un hyperactif, il ne peut jamais s’arrêter de travailler, ou d’être en action. Lorsque nous étions petits, c’était déjà le cas. J’étais celui qui aimait rester à la maison et jouer tranquillement, alors qu’il voulait toujours sortir, faire du sport et bouger sans arrêt.

Nous sommes restés très proches tous les deux, bien que nous ayons des caractères, et des vies très différentes. Il voyage tout le temps, il connaît énormément de pays, a des amis partout dans le monde. Je ne sais pas comment il fait pour tenir le rythme qu’il mène. Il est affecté sur les vols longs courriers, et subit donc, des décalages horaires importants sur de courtes périodes. Cependant, lorsqu’il rentre, il ne prend jamais le temps de se reposer. Il reprend le rythme de sa vie, comme si de rien n’était.

Sa passion est d’acheter des maisons, ou des appartements qui ont un certain potentiel, et de tout refaire à son goût. Il gère les travaux de A à Z, il choisit les matériaux, et chaque jour, il est présent sur le chantier pour superviser les entreprises qui interviennent.

Cette année, il refait un appartement qui date des années cinquante. Il a fait abattre des cloisons, toutes les cloisons d’ailleurs, pour redistribuer les pièces en fonction de ce qui lui semble convenir à ce qu’il aime. Parce que chaque lieu dans lequel il s’investit, il l’habite quelque temps. Jusqu’à ce qu’il s’en fatigue, et cherche de nouveau quelque chose à refaire.

Ici, il a fait poncer le parquet, pour ensuite le peindre en noir et le vitrifier. Le résultat est surprenant, on a la sensation d’avancer sur un sol fait de miroirs. Il a choisi d’ouvrir son bureau sur le salon grâce à deux pans de verres qui s’étendent du sol au plafond, trois mètres cinquante de hauteur ! Ainsi, il ne se sent pas complètement isolé lorsqu’il travaille sur un livre qu’il écrit.

Chaque pièce a une terrasse, il a réfléchi longtemps avant de trouver une solution qui lui convienne pour isoler chacune d’elle de la lumière du jour. Il a finalement opté pour des rideau exterieur balcon qu’il a rapporté de New-York. De chaque voyage, il revient avec des idées piochées en fonction de ce qu’il a vu. Ainsi, chaque habitation qu’il remanie, a sa touche propre, on reconnaît son style.

L’année prochaine, il refera ma maison. Je n’ai pas son énergie pour tout gérer et mener les travaux à bien, et j’aime son style. Il a carte blanche, et je suis certain que le résultat sera parfait.

À propos de l’auteur :

author