• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Surpris par l'hiver

Surpris par l'hiver - Frank Roberts

J’étais tant pris par mes soucis d’aménagements, dans mon nouveau condo, que je ne sentis pas l’hiver venir, et je vis la neige tomber, alors que je ne m’y attendais pas. J’avais pu rénover le salon, et j’avais fait changer la grande baie vitrée pour que le verre soit doublé. Les radiateurs ne diffusaient pas très bien la chaleur, et je les avais remplacés par des convecteurs plus appropriés à l’espace que je possédais. Ils diffusent la chaleur, et ils ont une inertie que les vieux radiateurs ne possédaient pas. L’acquisition de ce bien immobilier avait concordé avec un récent gain important d’argent, que j’avais bien géré grâce à mon conseiller financier à Quebec. J’avais eu de bonnes idées et j’avais pu acheter ce condo, situé dans un beau quartier. Je savais qu’il serait trop petit pour accueillir une seconde personne, mais j’étais célibataire et je n’avais pas envie de posséder un espace trop important.

J’avais fait repeindre toute mon habitation, car les murs étaient salis et ils n’avaient pas été lessivés, ni entretenus correctement pendant longtemps. Je ne pouvais pas être pleinement investi dans mon nouvel emploi, et effectuer des travaux en rentrant chez moi. Je déléguais donc cette partie à des professionnels, et je fus très satisfait du soin qu’ils mirent dans leur ouvrage. J’avais un rangement pour mes vêtements que j’avais aménagé dans ma chambre. Cette pièce était grande et la place pour mettre mon lit et une table de chevet me suffisait. Je pris des rails et je mis des panneaux de bois dedans, ce qui me fit des panneaux coulissants qui délimitaient mes rangements de ma chambre.

Pour que mon condo possède une atmosphère particulière, j’avais demandé à un de mes amis artistes de peindre une fresque. Elle suivait l’escalier qui allait à la mezzanine, où ma chambre était située. J’avais choisi des tonalités rappelant l’ocre et des motifs très légers, des boucles d’où des feuilles et des fleurs dorées pendaient. Ma bibliothèque prenait presque tout le mur du salon, et les étagères où les livres étaient rangés, suivaient le conduit de la cheminée, en brique, peint en blanc. Cet élément de décoration m’avait tout de suite séduit et j’avais, en partie, signé l’acquisition de ce logement à cause de lui. J’avais trouvé une recette simple et efficace, à base de bicarbonate de soude, pour que la vitre du foyer soit toujours transparente, ce qui me laissait voir les flammes du foyer.

À propos de l’auteur :

author